La musique chez les jeunes enfants

Que maman ait fait jouer la Deuxième Symphonie de Mahler ou une pièce de heavy métal tout au long de sa grossesse, elle risque fort, une fois son bébé dans les bras, de lui chanter plutôt des berceuses. C’est ce qu’entendent depuis toujours les poupons, que cela vienne de leur mère ou d’une autre personne qui prend soin d’eux.

Partout au monde, elles se ressemblent, ces chansons douces qui envoient les enfants au pays des songes: les contours mélodiques sont simples, souvent descendants, les motifs se répètent et le registre est limité. « Dodo, l’enfant do, l’enfant dormira bien vite. Dodo l’enfant do, l’enfant dormira bientôt». Sans accompagnement et sans technique, la voix nue d’une maman inscrit dans le cerveau tout neuf du bébé sa première chanson d’amour. Celle-ci couvre le bébé d’une enveloppe sonore qui le rassure. Les airs chantés lui rappellent sans doute son passé in utero, quand il se balançait au rythme du corps maternel. Tous les bébés y réagissent pareillement : les berceuses les endorment, les chants rythmés les excitent.

Retrouvez des comptines et histoires musicales pour enfant sur le site : https://histoiresmusicales.com

Musique pour enfants : Souvenirs de foetus

L’oreille commence très tôt à se développer au cours de la gestation (c’est aussi un des derniers sens à achever sa croissance).

Le foetus baigne dans un monde sonore : les bruits sont étouffés, mais il y réagit en bougeant et en modifiant son rythme cardiaque. Une voix en particulier se détache des autres, celle de sa mère, dont il entend aussi les battements de coeur, les rumeurs de digestion, la circulation du sang dans ses veines.

Quand l’enfant naît, il reconnaît cette voix qui résonne en lui, elle l’apaise et module son humeur, car elle assure une continuité avec sa vie in utero. Le foetus se rappelle aussi les mélodies entendues quand il était dans le ventre maternel ! Ce fait extraordinaire a été révélé en 2001 lors d’une étude dirigée par la psychologue Alexandra Lamont, de l’Université Leicester, en Angleterre : «Nous savions déjà que les foetus étaient capables d’entendre à partir de la vingtième semaine, maintenant nous savons que les bébés peuvent se rappeler une musique qu’ils ont entendue avant même de naître »’. ».

Les futures mères qui participaient à son enquête avaient choisi chacune une pièce musicale à faire jouer durant leur grossesse, de sorte que tous les bébés ont entendu des choses différentes, depuis des airs d’opéra jusqu’à des morceaux de reggae, en passant par du répertoire classique, de la musique du monde ou des chansons pop. À la naissance, les mères ont cessé de faire entendre ces pièces aux nourrissons.

Douze mois plus tard, aucun bébé ne les avait réentendues lorsque la psychologue testa les petits et se rendit compte qu’ils avaient une préférence marquée pour l’oeuvre choisie, comparativement à des pièces très semblables qu’ils n’avaient jamais entendues auparavant !