Énergies renouvelables

Poêle à bois

Mieux vaut tard que jamais. Par un arrê­té du 9 juin 2009, le législateur reconnaît enfin les appareils de chauffage à bois indépendants (poêles, inserts et foyers fermés) comme mode de chauffage prin­cipal dans le neuf. Jusque-là, pour être conforme à la réglementation thermique 2005

, qui s’impose à tout bâtiment neuf, le chauffage devait pouvoir être régulé pièce par pièce par des thermostats, excluant de fait les appareils indépen­dants. Le nouvel arrêté permet de déro­ger à cette règle. Les appareils intègrent donc par la petite porte la RT 2005 (et par voie de conséquence la certification BBC-Effinergie), pourvu qu’ils couvrent 90 % des besoins de chauffage, les 10 % restant étant pris en charge par le chauf­fage d’appoint de la salle de bains. Les poêles à bois devenant un moyen de chauffage à part entière, il n’y a plus de raison qu’ils ne fassent pas partie des offres de tous les constructeurs de mai­sons individuelles…

L’eau chaude une part budgétaire en hausse relative

Le pourcentage des consommations d’énergie dû à l’eau chaude sanitaire se situe aujourd’hui autour de 25 %. Du fait de la diminution des besoins en chauffage, il s’élève à plus de 50 % dans les bâtiments basse consommation (BBC) et devient ainsi le premier poste des consommations dans l’habitat per­formant. Pour favoriser l’apparition d’offres innovantes et à haute efficaci­té énergétique, l’Ademe a (enfin !) lancé le 31 août un appel à projets pour des solutions en construction neuve et en rénovation. L’objectif est d’atteindre un niveau de consommation en énergie pri­maire inférieur à 15 kWh/m!.an (la moy­enne nationale des consommations actuelles est de 38 kWh/nV.an), tout en visant un temps de retour sut investis­sement (hors subvention) inférieur à la moitié de la durée de vie des équipe­ments. Avis aux bonnes idées…

Photovoltaïque

Avec la ruée sur le solaire, beaucoup d’élec­triciens se sont convertis en installateurs de photovoltaïque. Trop rapidement pour que tous soient réellement formés. Une étude du Consuel (Comité national pour la sécuri­té des usagers de l’électricité) révélait en février dernier que, sur les 630 installations contrôlées, 45 % n’étaient pas conformes du point de vue de la sécurité électrique ! Les contrôles relèvent par exemple des défauts de mise à la terre et des appareillages inadé­quats (connecteurs, parafoudre, etc.). Le tout pouvant générer des ams électriques susceptibles d’endommager l’installation, voire de représenter un danger lors d’interventions. Pour faire vérifier la conformité de votre ins­tallation parle Consuel,il en coûte 149,50 Eur. Plus que la certification Quali’PV délivrée aux installateurs,un gage important de qua­lité sera que votre installateur ait bien lu le guide UTE C15-712, disponible auprès de l’UTE (Union technique de l’électricité).

 

Tour solaire

La seconde tour solaire en exploitation com­merciale, baptisée PS20, a été mise en marche en avril, près de Séville (Espagne). En captant les Tayons que reflètent sur elle 1255 miroirs héliostatiques, cette tour pré­sente une puissance électrique de 20 MW. Tout simplement parce que cette concen­tration des rayons du soleil permet de pro­duire de la vapeur à haute température pour faire tourner des turbines. Elle s’érige sur la vaste plateforme solaire Solûcar et produit de quoi alimenter en électricité 10 000 foyers espagnols. L’Espagne a l’am­bition de disposer de 500 MW utilisant le solaire à concentration d’ici à 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *